Skybox

Polyptyque, 45 x 45 cm x 5 tirages, impressions numériques contrecollées sur dibond, 2015.

Évènements:

La skybox est utilisée dans les jeux vidéo comme arrière­-plan et constitue à la fois une illusion de profondeur, mais aussi une limite inatteignable.
Cette limite permet aux joueurs de mieux s’immerger dans les décors 3D des jeux. Grâce aux phénomènes de parallaxe, de perspective atmosphérique et d’éblouissement, elle vient constituer le fond ambiant de l’action du jeu. Bien qu’elle ne peut pas se substituer à la carte de jeu, elle fournit des repères pour les déplacements des joueurs.

 

Cet outil serait simple s’il ne faisait que fournir ces sortes de bornes dans ces environnements virtuels, mais il est bien plus: c’est une limite aux déplacements du spectateur, il ne peut pas l’atteindre, constamment gêné par des obstacles arbitraires. De ce fond immersif émane une frustration, celle du joueur enfermé avec ses semblables dans une boîte. Si l’on se place maintenant du côté des graphistes et des développeurs qui conçoivent ses jeux, on peut imaginer que tous ces efforts pour rendre ces décors tangibles relèvent d’un rêve, un rêve du réel dans le virtuel comme s’ils aspiraient à sortir de ce monde fictif.

Le projet Skybox émet un recul par rapport à l’objet étudié, en replaçant ce leurre dans une nouvelle perspective cette fois-ci physique ou réelle. Réadapté à une nouvelle échelle, l’effet de simulation est ainsi neutralisé. Le je reprend le dessus sur le jeu. La « skybox » creuse devient pleine, elle n’est plus inatteignable, mais devient un objet avec des dimensions et une matière bien défini.

 

Ce basculement de l’outil en objet fige la « skybox », elle n’est plus dans ce mouvement constant de déformation. Auparavant le joueur était en son centre comme le zéro de cette triangulation entre l’œil, la perspective et l’environnement maintenant la triangulation est beaucoup plus complexe et le mouvement que le spectateur engage pour parcourir cette surface ne peut plus être une rotation sur lui­-même.